Le cancer du poumon est l’une des formes de cancer les plus fréquemment rencontrées dans le monde. L’incidence de cette maladie mortelle s’explique en grande partie par la consommation du tabac, mais également d’autres facteurs de risques. Sans plus tarder, découvrons-les !

Le tabac, le principal facteur de risque du cancer du poumon

Dire que le tabagisme est un facteur de risque du cancer du poumon serait un euphémisme. Cela n’est pas vraiment surprenant puisque ces organes vitaux sont les premiers à recevoir les substances qui pénètrent dans l’organisme par inhalation.

Le tabagisme actif, la principale cause

La consommation du tabac sous la forme de cigarette en particulier est de loin la principale cause du cancer du poumon. Près d’une personne sur cinq dans le monde fume en effet de la cigarette. La fumée du tabac contient de plus diverses substances chimiques dont certaines sont carcinogènes, c’est-à-dire capables d’induire des mutations génétiques dans les cellules pulmonaires et conduire à l’apparition du cancer. Malheureusement, les stades du cancer du poumon sont peu connus et le plus souvent, ils ne sont pas détectés à temps.

On estime que le tabagisme actif est responsable de près de 90 % des cancers chez les hommes et de 70 % chez les femmes. De même, en comparaison à un non-fumeur, le risque de développer un cancer du poumon est multiplié de 10 à 15 dans le cas d’un tabagisme actif. De nombreuses études ont également montré que le risque de cancer du poumon augmente non seulement avec la quantité de tabac consommée, mais également et surtout avec l’ancienneté de la consommation.

Mais le tabagisme passif également

Malheureusement, les personnes qui côtoient les fumeurs sont également exposées.

Le tabagisme passif c’est-à-dire l’inhalation de fumée secondaire affecte en effet la santé des non-fumeurs. Selon certaines études, le risque pour un non-fumeur exposé continuellement à la fumée de développer un cancer du poumon est augmenté de 26 %. Il s’agit donc là d’un facteur de risque important pour cette frange de la population.

Les expositions professionnelles, un autre facteur de risque

Certaines personnes pendant leur travail sont également exposées à des substances qui augmentent le risque de développer le cancer des poumons.

Selon l’Institut national de recherche et de sécurité, 15 % des cancers du poumon seraient d’origine professionnelle. Pour les fumeurs qui pratiquent de telles activités, le risque de développer cette maladie est augmenté de 20 à 50 %.

En milieu professionnel, les produits cancérigènes auxquels sont souvent confrontés certains travailleurs peuvent être de nature biologique, physique ou chimique. Parmi ceux-ci l’amiante est sans doute l’un des plus connus. Il s’agit d’un groupe de minéraux naturels qui peut être séparé en de longues fibres minces et fines. Celles-ci par inhalation peuvent être emprisonnées dans les poumons. On estime d’ailleurs qu’environ 10 à 15 % des cancers du poumon sont attribuables à cette substance (ANSES).

Par ailleurs, d’autres substances chimiques sont également impliquées dans les cas de cancer du poumon. C’est notamment le cas de l’arsenic, du béryllium, du cadmium, des rayonnements ionisants, de certains métaux (nickel, silice, fer, cobalt…), du benzo (a) pyrène, du charbon…

Les facteurs environnementaux

49 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, telle est la fréquence du cancer du poumon en France. Cela ne s’explique pas uniquement par le tabagisme. L’environnement peut également dans certains cas être un facteur de risque pour le cancer du poumon. Certaines substances naturellement présentes dans l’environnement comme le radon sont classées cancérogène avéré depuis 1987. Selon le CIRC (Centre international de recherche contre le cancer), l’exposition à ce gaz radioactif incolore et inodore serait responsable d’environ 10 % des cancers du poumon sur le vieux continent.

Le radon est libéré lors de la désintégration de l’uranium présent dans le sol et la pierre. Il peut ainsi s’infiltrer dans un bâtiment où il peut atteindre dans les espaces fermés des niveaux dangereux. Ce gaz est la deuxième cause de cancer chez les fumeurs et la première chez les non-fumeurs.

De même, sur la liste des facteurs environnementaux responsables du cancer du poumon figurent également la pollution atmosphérique. Elle est imputable à des gaz à l’instar du dioxyde d’azote, de soufre et de l’ozone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici