La dyslexie est une perturbation durable qui affecte les capacités d’apprentissage et d’acquisition de la lecture et de l’écriture chez l’enfant. Elle concerne 5 à15% des enfants en âge d’aller à l’école. Le diagnostique est établi depuis la classe préparatoire jusqu’à l’âge de 6 voire 8 ans chez l’enfant. Elle freine considérablement le développement de l’enfant et il importe de la dépister tôt pour une prise en charge rapide. Mais pour en arriver là, il faut en identifier les symptômes.

La dyslexie : qu’est-ce-que c’est ?

Elle désigne un dysfonctionnement neurologique persistant chez l’enfant qui se traduit par des difficultés liées à l’appropriation et l’automatisation de la lecture et de l’écriture. C’est un trouble qui ne disparaît pas au fil des années. L’enfant naît avec le trouble et ne l’acquiert pas au cours de son développement. Son dépistage n’est palpable qu’après 18 mois d’apprentissage de la lecture chez l’enfant. Il est crucial de souligner que ce dysfonctionnement survient chez des enfants ne souffrant d’aucun handicap auditif, oral ou visuel, en parfaite condition physique, morale et intellectuelle et ayant suivi une scolarité normale. Alors comment expliquer l’apparition de la dyslexie ?

Les origines de la dyslexie

Selon les scientifiques, la dyslexie serait due à une altération du cortex de l’hémisphère cérébral gauche. Cette altération se manifeste pas une insensibilité aux fréquences correspondant à 30Hz. Or la segmentation du mot en syllabes et en son est intimement liée à la capacité du cortex à répondre efficacement à cette fréquence. D’où leur difficulté à produire des sons et des paroles.

Symptômes de la dyslexie

Plusieurs signes permettent de reconnaître la dyslexie. L’enfant qui en souffre éprouve du mal à distinguer les mots et à les segmenter dans une phrase. On note aussi une lecture lente, hachée et criblée d’erreurs. La difficulté à prononcer de façon distincte chaque mot et à appréhender le sens des textes lus est bien présente. Au niveau de l’écriture, on remarque de la lenteur et de l’embarras à écrire de façon lisible. Les fautes d’orthographe sont légion et une grande fatigue s’empare de l’enfant lors des activités d’écriture et de lecture. A cela il faut ajouter, comme signes annonciateurs de la dyslexie, des incohérences dans la distinction visuelle et auditive des lettres, dans la notion d’espace et de temps et dans l’adoption d’une organisation personnelle.

Les divers types de dyslexie

Parmi les symptômes de ce trouble, certains chez l’enfant sont plus prépondérants que d’autres. Il en résulte quatre types de dyslexie :

  • La dyslexie visuo-attentionnelle : l’enfant a des difficultés à se concentrer, il inverse, oublie ou complète les lettres,
  • La dyslexie phonologique : qui exprime la difficulté de l’enfant à apparier un son et la lettre écrite qui y correspond,
  • La dyslexie de surface : l’enfant est incapable d’enregistrer l’orthographe des mots entiers et ne peut réaliser que la lecture de syllabes entières
  • La dyslexie mixte qui combine les insuffisances liées aux types phonologiques et de surface

Diagnostique de la dyslexie

La confirmation du trouble de dyslexie chez l’enfant intervient après la réalisation d’une série de bilans. Ces bilans prennent en compte les aspects comportemental, psychologique, neuro-pédiatrique, orthophonique. Parfois un bilan ORL ou ophtalmologique est nécessaire. Ils favorisent l’établissement d’un rapport objectif sur les troubles du comportement, les défaillances dans le langage écrit et oral, les incidences sur la locomotion, les capacités de mémorisation. Ces introspections sont réalisées chez le jeune enfant dont le niveau scolaire est compris entre le CE1 et le CE2.

Le traitement de la dyslexie

Il varie d’un enfant à un autre et est intimement lié aux observations issues des bilans réalisés pour le diagnostique du mal. Sur la base du bilan orthophonique, un projet de rééducation est proposé en fonction des dysfonctionnements notés, de l’âge et du comportement de l’enfant atteint de dyslexie. Au cours de cette rééducation, l’orthophoniste utilise diverses méthodes plus appropriées pour redonner confiance et aider l’enfant à recouvrer et renforcer ses facultés phonologiques et langagières. Des stratégies comme la planète des Alphas, la méthode Tomatis sont mises en place pour rééduquer l’oreille et réaligner le son au geste. L’orthophoniste peut être assisté du psychologue, du psychothérapeute ou d’autres spécialistes selon les symptômes décelés chez l’enfant. La proprioception est également utilisée pour prévenir les troubles de la posture liés à la dyslexie.

Les conséquences de la dyslexie

La dyslexie, lorsqu’elle n’est pas cernée à temps peut être la source d’un retard scolaire au niveau de l’enfant. Pour accompagner les efforts des parents dans la prise en charge il est prévu l’insertion de l’enfant au sein d’un Projet d’Accueil Individualisé et d’un Projet personnalisé de Scolarisation. Ces deux systèmes réaménagent les conditions de scolarisation de l’enfant et les activités prévues par l’enseignant et le praticien. L’enfant souffrant de dyslexie peut manifester de l’agressivité, de la dépression ou un certain mal-être. Il importe que les parents développent envers ces enfants des sentiments d’amour, de tendresse et fassent preuve de patience.

La dyslexie s’accompagne parfois d’autres troubles d’apprentissage tels que dysphasie, dyscalculie ou dysorthographie. Le traitement prodigué doit prendre également en compte les autres troubles et à ce titre, plusieurs autres spécialistes peuvent être sollicités. L’implication, la motivation et les encouragements des parents sont nécessaires pour un bon accompagnement de l’enfant.

Laisser un message