L’apparition sur la peau d’une lésion tirant sur du jaune indique généralement la présence d’un xanthome. Il s’avère être le signe révélateur d’un problème de santé lié à une trop importante teneur en lipides dans le flux sanguin. L’on parle d’hyperlipidémie. Ces lésions se manifestent sur l’enveloppe corporelle sous de petites formes. Elles peuvent même apparaître sur les paupières d’un sujet. Il faut savoir que même si ses manifestations sont qualifiées de pseudotumeur bénigne, le xanthome reste un mal dont il faut se préoccuper. Comment se présente-t-il ? Quelles sont les raisons de sa manifestation ? Que faire pour en venir à bout ? Voilà l’ébauche des questions à laquelle cet article vient répondre pour vous aider à mieux comprendre cette pathologie.

Comment reconnaître le xanthome ?

La pathologie dénommée le xanthome tire son nom de l’hellénisme xanthos qui veut dire jaune. C’est une éminence bénigne plus ou moins grosse qui se développe sur la peau. Elle peut être plane ou de forme nodulaire. Elle peut se manifester de façon externe ou se réfugier sous la peau (sous-cutanée).

Il a la particularité d’être d’un coloris jaunâtre, jaune ou encore jaune-orangé. Le xanthome est formé par une infiltration cutanée de cellules constituées généralement de corps gras (cholestérol, triglycérides…). Il s’agit d’une accumulation de tissus connectifs et d’un genre de globule blanc voisin aux macrophages. Ces derniers possèdent l’aptitude de digestion des particules externes à leur milieu.

Pour ce qui est de sa taille, le xanthome n’a généralement pour mesure que quelques millimètres. Il arrive qu’il atteigne parfois un centimètre voir plus sur des parties du corps comme les coudes, les genoux, les fesses, etc. Ainsi, c’est de façon exceptionnelle qu’il se présente comme une tumeur épaisse dépassant les 1 centimètres.

Quelles sont les raisons de sa manifestation ?

Comme notifiée plus haut, la manifestation d’un xanthome a pour cause principale une infiltration de substances en dessous de l’enveloppe corporelle. Cette manifestation renvoie les spécialistes à la conclusion selon laquelle il y a présence d’hyperlipidémie (trouble lipidique). L’expression xanthomatose dyslipidémie est alors utilisée pour en parler.

Ainsi, l’on confère ces manifestations aux maux comme la cirrhose, le diabète et autres (il s’agit là d’un grand excès de lipoprotéines.). Cela peut avoir pour origine primaire la famille ou pour provenance secondaire la prise de médicaments. Il est aussi possible que la raison soit une dyslipidémie comme la sitostérolémie, la maladie de Tangier, etc.

Pour cela, lorsqu’on se retrouve en présence d’un malade du xanthome, il est recommandé la pratique d’un examen de bilan lipidique complet. Ceci avec une détermination du cholestérol total du corps, du cholestérol LDL, HDL, de l’apolipoprotéine ainsi que du triglycéride.

Il est bien rare de voir une personne souffrant de xanthomatose normolipidémique. Ce qui veut dire que ce dernier manifeste un xanthome qui n’a pas de lien avec des troubles lipidiques. Mais dans des cas pareils, l’on doit s’atteler à la recherche de diverses maladies et plus précisément celles de types hématologiques. D’ailleurs, il est dit que c’est seul en présence d’un xanthéasma que l’on peut exclure l’hypothèse de la dyslipidémie.

Quels sont les différents types de xanthome qui existent ?

Il existe plusieurs types de xanthome. Ils sont reconnus en se basant sur l’aspect des lésions, mais aussi suivant la zone atteinte. La xanthomatose est le terme global sous lequel l’on les regroupe.

Le xanthélasma

Encore connu sous le nom de xanthome des paupières, le xanthélasma est la manifestation la plus fréquente de cette pathologie. Dans ce cas, les apparitions de lésions peuvent se faire sur l’une des deux paupières (supérieure ou inférieure).

Cela tout en se logeant dans le coin interne de celle-ci. Il est reconnu par son aspect de plaque de couleur jaune ou encore par sa forme de boulette de corps gras beige. Ce qui correspond à une incrustation de cholestérol dans les premières couches de la peau.

Le xanthome éruptif

Il a pour caractéristique de petits boutons jaunes qui apparaissent de manière soudaine et brutale au bout des genoux, sur les coudes, et même sur les fesses. Il n’est pas rare qu’ils soient douloureux à leur apparition. Aussi, ils disparaissent de façon spontanée tout en laissant une pigmentation dite transitoire pendant un certain temps.

Le xanthome strié palmaire

Il s’agit ici du xanthome qui se retrouve sur les mains et qui reste bien visible. Il se localise plus précisément au niveau des plissements des doigts et de ceux des mains. Se manifestant plus qu’une excroissance, l’on l’identifie plus à une tâche de couleur jaune.

Le xanthome plan diffus

Il a la particularité d’avoir comme zone d’atteinte la racine et le tronc des membres du corps humain. Mais il peut arriver qu’il survienne sur le visage. Il se manifeste sous l’aspect d’une grande plaque de couleur tirant sur du jaune et peut apparaître en grand nombre à la fois. Il faut néanmoins retenir qu’on ne le retrouve pas très souvent parmi les divers cas. Il est plutôt d’une grande rareté.

Le xanthome tendineux

Il s’agit ici du xanthome qui touche au tendon d’Achille ou encore aux fibres qui servent dans l’extension des doigts. En plus, il a la particularité d’être sous-cutané et jamais en surface.

Le xanthome tubéreux

Ce dernier se manifeste généralement sur les parties du corps sur lesquelles s’exerce fréquemment une pression. L’on peut citer les coudes ou encore les genoux.

Sa forme est très variante car, tantôt, il peut se présenter sous l’aspect de petit bouton, ou peut se transformer en une tumeur lobulée. Il est ferme avec une couleur tirée sur du jaune ou de l’orange. Il s’apparente très souvent à une aréole d’érythème.

Comment est-il possible de diagnostiquer ce mal à un patient ?

En effet, il est cliniquement possible de diagnostiquer cette affection cutanée à un patient. Pour ce faire, il suffit d’une simple demande d’examen clinique auprès d’un dermatologue pour se fixer. C’est ce qu’il faut dans la plupart des cas. Mais, dans certains cas un peu extrêmes, l’on peut avoir recours à une biopsie afin d’avoir un bon diagnostic.

Quels sont les traitements pour combattre efficacement le xanthome ?

Le traitement appliqué à la pathologie du xanthome varie selon les cas. Ainsi, lorsque ce mal touche à la beauté physique de la personne, les médecins s’appliquent à son retrait. Pour ce faire, le dermatologue évalue la taille des lésions pour pouvoir procéder à leur élimination.

Ainsi, si ces dernières sont d’une petite taille, le soignant peut procéder à une ablation en se servant de bistouri. Ceci tout en s’assurant de réaliser une anesthésie locale de la partie atteinte de xanthome. Mais, s’il arrivait que ces lésions soient de grande taille, il faut alors faire un recours aux procédés technologiques nouveaux adaptés à la médecine en l’occurrence l’usage du laser.

Cette méthode doit être également utilisée pour éradiquer ce mal dans les cas où la chirurgie est contre-indiquée à cause l’emplacement des boutons ou de leurs aspects. Par ailleurs, s’il s’avérait après les diagnostics du dermatologue que le xanthome soit associé à de la dyslipidémie, le traitement à appliquer diffère.

Ceci en raison du fait que cette association (dyslipidémie-xanthome) soit un fait de risque. Il faut dans ce cas l’observation d’un type de régime alimentaire suivie ou non d’une assistance médicale. L’objectif visé ici est de tout faire pour éviter au patient toutes complications cardio-vasculaires.