Après avoir essuyé de nombreuses polémiques, ayant conduit à des législations très restrictives, la cigarette électronique semble se repositionner en tant que dispositif d’aide au sevrage tabagique. Il faut dire que les résultats des études menées depuis 2017 affirment, avec un degré de certitude raisonnable, que la cigarette électronique peut jouer un rôle positif dans la lutte contre le tabagisme, sans pour autant constituer cette solution miracle, car elle n’est pas exempte d’effets secondaires. Explications…

Les études de Cochrane et du ministère britannique de la Santé

Commençons notre tour d’horizon par une méta-étude réalisée par la très sérieuse revue Cochrane, dont les résultats ont été publiés le 14 octobre 2020 et que vous pouvez consulter en intégralité ici (contenu en anglais). Ce travail de recherche a analysé 50 études achevées, représentant 12 430 participants. Synthèse des résultats :

  • Les personnes qui ont se sont appuyées sur la cigarette électronique pour décrocher de leur addiction à la nicotine ont eu des résultats plus probants (rapidité du sevrage et durabilité des résultats) en comparaison avec les fumeurs qui ont misé sur une thérapie de substitution nicotinique (TSN) comme les patchs et les chewing-gums ;
  • La cigarette électronique a donné de meilleurs résultats pour le sevrage tabagique en comparaison avec le soutien comportemental (psychologue notamment) ;
  • Environ 10 % des vapoteurs arrivent à décrocher de leur addiction à la nicotine en 6 mois, contre 4 % pour les TSN. Cette information doit encore être analysée à l’aune de la sévérité de l’addiction ;
  • Selon les études analysées par Cochrane, les seuls effets indésirables recensés chez les vapoteurs sont une irritation de la gorge et/ou de la bouche, des maux de tête, une toux sèche et une légère nausée. « Ces effets s’atténuaient avec le temps, alors que les sujets continuaient à utiliser les cigarettes électroniques à base de nicotine», peut-on notamment lire dans la conclusion du rapport.

Une autre étude pilotée cette fois-ci par le ministère britannique de la Santé, par le biais de Public Health England, est arrivée à une conclusion encore plus éloquente. En effet, cette étude a même conduit certains établissements hospitaliers britanniques à distribuer des kits de vapotage gratuitement à leurs patients pour les aider à vaincre leur addiction à la nicotine (à Londres et Leicester, principalement). Comme l’explique Libération dans son résumé de l’étude, la cigarette électronique serait 95 % moins nocive que la cigarette à tabac au regard de sa composition chimique. En effet, le vapotage, qui consiste à chauffer (et non brûler) un e-liquide pour dégager une vapeur inhalable, épargne à l’utilisateur l’ingestion de nombreuses substances chimiques nocives et potentiellement cancérigènes comme le goudron et le monoxyde de carbone… des substances qui résultent de la combustion du tabac.

Par honnêteté intellectuelle, citons la position de l’OMS, qui n’a pas changé d’avis depuis son communiqué d’août 2014, expliquant que la cigarette électronique n’est pas un moyen de sevrage tabagique au regard de ses effets indésirables potentiels et du manque d’informations sur les dangers du vapotage passif.

Le vapotage pour décrocher : comment se lancer ?

Avant toute chose, il est important de demander conseil à votre médecin traitant ou à un tabacologue avant de recourir à la cigarette électronique. Seul un professionnel de santé qualifié peut vous aider à déterminer la dose de nicotine minimale suffisante qui constituera une base de départ à votre sevrage. Ensuite, il est important de bien saisir l’intérêt de la cigarette électronique : il s’agit d’un moyen temporaire qui lisse les effets secondaires du sevrage et qui améliore ses chances de réussite. Ce n’est pas un produit de substitution durable, car il contient lui aussi de la nicotine et n’est pas exempt d’effets secondaires.

De même, les vapoteurs doivent s’astreindre à choisir des produits de vapotage (dispositifs et e-liquides) sûrs, traçables et de qualité. Les produits de vapotage défectueux et frelatés sont en effet très dangereux. Des fournisseurs sérieux comme https://www.vapoclope.fr/97-nos-kits-cigarette-electronique présentent des garanties solides aux consommateurs. Enfin, il est capital d’éviter de combiner le vapotage à la consommation de tabac pour ne pas risquer d’aggraver l’addiction à la nicotine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici